Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
Le nombre d’Algériens étudiant au Canada est en augmentation constante. Ils étaient quelque 1000 ressortissants algériens à s’être fait délivrer ou à posséder, en 2013, un permis d’étude, a affirmé, hier, Miriam Van Nie, chargée d’affaires de l’ambassade du Canada à Alger, lors d’une conférence de presse. Et dans le but de faire connaître les différentes opportunités offertes par le système éducatif canadien, et peut-être attirer d’avantage de jeunes Algériens, la seconde édition du Salon de l’éducation au Canada se tiendra, les 5 et 6 novembre, à l’hôtel El Aurassi. L’ambassade réitère cette initiative, après une première expérience plus que concluante. «L’année dernière, le Salon avait suscité un grand intérêt auprès du public algérien. Nous avons accueilli plus de 1000 visiteurs, étudiants, parents ou professeurs, désireux de s’informer des possibilités offertes par l’un des meilleurs systèmes éducatifs au monde», se réjouit Mme Van Nie.  Cette manifestation est organisée dans chacun des trois pays du Maghreb, d’où sont issues quelque 5000 personnes inscrites dans une université canadienne. «Une quinzaine d’établissements éducatifs, universités, collèges et écoles confondus, seront représentés. Ce qui est une réelle opportunité pour les étudiants de connaître et découvrir ces institutions. Mais aussi et surtout de se renseigner quant aux diverses filières, démarches, bourses, programmes, conditions d’inscriptions, ou encore quant à la reconnaissance des acquis et les frais de scolarité. De même, des représentants de l’ambassade seront présents pour donner de plus amples informations pour ce qui est des modalités d’obtention d’un permis d’étude», explique la représentante canadienne. Ce Salon sera aussi l’occasion pour ces universités de créer des liens avec les institutions algériennes, en vue d’établir des partenariats, à l’instar de la prestigieuse HEC Montréal et MDI Alger.