Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
Les services de la Gendarmerie nationale ont démantelé des cellules terroristes affiliées à l’organisation Daech basée en Irak. Ce sont les sections de recherches des wilayas d’Alger, Guelma, Ghardaïa, Tlemcen et Oued Souf qui ont opéré ce coup de filet, arrêtant 27 personnes impliquées dans des réseaux de recrutement. Les cerveaux de ces cellules du Daech sont établis au Maroc et dans des pays du Sahel, précisent les mêmes services. Ces «cerveaux» sont en relation avec des étudiants en Algérie pour recruter des jeunes «djihadistes» et les enrôler dans l’organisation terroriste «Etat islamique», a ajouté une source proche de l’enquête. En tout, la gendarmerie a démantelé quatre cellules dormantes. La première, basée à Alger, activait entre Guelma et la capitale. Les recruteurs utilisaient les réseaux sociaux, notamment facebook, et échangeaient des renseignements avec les potentielles victimes qui, dans leur majorité, sont étudiants. Quatre membres de cette cellule ont été arrêtés par les gendarmes de la cybercriminalité, nous révèle la même source. La deuxième cellule a été démantelée à Tlemcen il y a deux jours. Cinq personnes, dont une jeune étudiante de 22 ans, ont été arrêtées. La jeune fille, qui rapprochait les étudiants de Daech, a été localisée via le Net par les gendarmes, est-il ajouté par notre source. Quatre autres personnes qui activaient au sein de cette cellule ont été interpellées dans le cadre de cette affaire. La cellule en question sévissait en complicité avec des terroristes établis au Maroc. A Ghardaïa, 13 personnes ont été arrêtées dans le cadre de cette enquête. Il s’agit d’éléments âgés de 21 à 50 ans, issus notamment de pays du Sahel. Ils ont été localisés par les gendarmes à Laghouat, Tlemcen, Oued Souf, et arrêtés par les enquêteurs de la Gendarmerie nationale. Ils faisaient l’apologie du terrorisme, notamment au profit de Daech, et procédaient au recrutement de jeunes Algériens. L’enquête suit son cours pour remonter tout le parcours effectué par ces «recruteurs» de Daech en Algérie.