Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
Les faits avaient choqué plus d’un. La punition infligée à son auteur par la justice aussi. Le directeur de l’école primaire « Les frères Charef » à Sidi Daoud (40kms à l’est de Boumerdès) reconnu coupable d’avoir abusé sexuellement d’une élève de son établissement en mai 2014, a été condamné à une peine de 5 ans de prison ferme.     Le procureur de la république a requis à son encontre une peine de 20 ans de prison ferme. Le verdict, jugé cléments par certains, a été prononcé ce mercredi par le tribunal criminel près la cour de Boumerdès. L’inculpé, âgé de 56 ans, avait commis un acte ignoble.  Il a été poursuivi pour avoir commis des attouchements sexuels sur une élève de 3ème année dans la cantine de l’école. Le procès de cette affaire s’est déroulé en audience ouverte.  L’auteur de l’acte avait répondu aux questions du juge de manière qui donne des frissons : calmement et sang froid. Même s’il a tenté de se disculper à certains moments, les questions « pièges » du juge l’ont amené à reconnaitre implicitement les faits qui lui sont reprochés.  La malheureuse victime, chétive, elle, ne s’est toujours pas encore remise du choc qu’elle a subi. Accompagnée de sa mère, blessée dans son âme,  la fillette a avoué au juge que son agresseur avait tenté d’abuser d’elle sexuellement à maintes reprises. Des actes qui ont été confirmés par le rapport du médecin légiste qui a relevé des signes prouvant les sévices qui lui ont été infligés.  Il est à rappeler que ce n’est pas la première fois que des instructeurs occupants des postes sensibles commettent de tels actes inhumains à l’encontre de mineurs dans la wilaya de Boumerdès. En décembre 2014, un imam d’une mosquée à béni Amrane avait été condamné par la même instance juridique à 4 ans de prison ferme pour avoir commis un acte portant atteinte à la pudeur contre une fillette de huit ans.