Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
Karim Tedjani est un écologiste et fondateur du portail Nouara dédié à l’environnement en Algérie. Ce jeune passionné de la nature a sillonné plus de 20 wilayas du pays ces deux dernières années. Durant ses longs périples, il a rencontré des centaines d’Algériens qui ont fait part de leurs déceptions et de leurs aspirations. Malgré les longues distances qui les séparent, ses interlocuteurs sont animés par un seul et même objectif, protéger leur milieu et ses ressources naturelles. Selon Tedjani, les déséquilibres, qui caractérisent l’aménagement du territoire national, sont le produit d’une fausse équité basée sur une politique qui ne tient pas compte de la diversité des cultures des populations et des caractéristiques des différentes régions du pays. «Cette règle qui consiste à penser global et agir local est une véritable menace pour tout ce qui fait la richesse de l’Algérie», avertit-il, estimant que certains Algériens se comportent comme des colonisés sur leurs propres terres. L’Algérien doit, selon lui, se réconcilier avec  son environnement et changer son rapport avec l’eau. Pour lui, les pouvoirs publics sont en train d’appliquer une politique de dévorement durable. «Le développement durable c’est un leurre. Moi, j’ai vu des gens massacrer des forêts avec la complicité des forestiers. L’Algérie dispose de beaucoup de lois, mais elles ne sont jamais appliquées», déplore-t-il.