Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
La commission santé, affaires sociales et formation professionnelle de l’Assemblée nationale populaire a manqué de poser la vraie problématique du secteur lors de la réunion avec le ministre de la Santé, M. Boudiaf, qui s’est tenue hier au siège de l’APN. Les députés, toutes formations politiques confondues, se sont attardés sur des questions purement locales et individuelles sans pour autant défendre l’option de la stratégie nationale appelée plus que jamais à être renforcée et consolidée. A l’exception de la députée du Parti des travailleurs (PT), Nadia Boubeghla, qui a interpellé le ministre sur le choix de la représentation en Algérie du premier fournisseur américain des accélérateurs de radiothérapie Varian cédée à un privé  sous la coupe de l’actuel président du FCE, Ali Haddad, et le devenir de la gratuité des soins, les questions des députés étaient superficielles et sans grande conviction. Aucun dossier ni enquête ou éléments argumentés liés à des situations concrètes vécues par des citoyens n’ont été présentés. Pourtant le ministre de la Santé est revenu sur les grands axes et défis de la politique de santé en Algérie. C’est avec une grande aisance, face à un panel de députés qui ne semblait nullement maîtriser les enjeux d’une telle politique, que M. Boudiaf  a évoqué toutes les réalisations contenues dans sa feuille de route comportant les 24 points rendus publics dès son arrivée au département, il y a une année : de la lutte anticancer – à travers le Plan cancer, l’ouverture des CAC et la formation des médecins généralistes en oncologie – à l’encadrement des activités liées à la déontologie des sciences médicales comme les essais cliniques, la transplantation et la greffe d’organes en consacrant le principe de gratuité des soins dans un cadre basé sur la justice et des moyens de financement innovants en passant par la réorganisation des services des urgences en les dotant des moyens matériels et humains visant l’amélioration de l’accueil et de l’orientation, l’humanisation, la mobilisation effective des équipes médicales et paramédicales, techniques et administratives. «La feuille de route porte également sur la disponibilité permanente des médicaments et des consommables médicaux et l’adoption de conventions de jumelage entre les hôpitaux du Nord et ceux des wilayas du Sud et des Hauts-Plateaux comme moyen pour combler le déficit enregistré dans certaines prestations médicales spécialisées», a ajouté le ministre. Et de signaler que la prochaine rencontre nationale sur la situation du secteur de la santé dans les wilayas du Sud et des Hauts-Plateaux sera organisée la semaine prochaine à Ouargla ; elle permettra de faire le bilan de la situation et d’arrêter un programme de développement des activités de santé publique pour une meilleure prise en charge des besoins de la population de ces régions. La création de clinomobiles, selon les besoins spécialisés, est l’une des solutions préconisées.