Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
L'ex-directeur de l'école de police d'Aïn Benian,  Adda Foudad, dont l'audition s'est poursuivie jeudi matin au tribunal criminel  de Blida, a affirmé qu'il n'avait "aucune relation personnelle" avec l'accusé  principal Abdelmoumène Khelifa et qu'il détenait des documents attestant de  son innocence.   Foudad, qui était membre du conseil d'administration de la  Mutuelle des travailleurs de la Sûreté nationale, et accusé de "corruption,  de trafic d'influence, falsification, abus de confiance", a indiqué qu'il n'avait  pas conclu de deal avec l'ex-Pdg de la Khalifa Bank à l'issue duquel il a  procédé au dépôt de son argent d'un montant de 609.000 euros à l'agence "Khalifa  Bank" de Paris pour récupérer,  par la suite, au niveau de l'agence des Abattoirs  d'Alger.          Le juge Menouar Antar a interrogé l'accusé s'il avait déjà eu "la certitude  que le montant a été bel et bien transféré avant d'en bénéficier de l'équivalent  en dinars soit 52 millions de DA, à travers une reconnaissance de dette  signée par les propriétaires d'une société algéro-espagnole d'alimentation  située à Oran".          L'accusé se contente de réponse générale, insistant toutefois que les  responsables de l'agence des Abattoirs lui ont exhibé un document dans  ce sens.          Ce à quoi le juge rebondit en demandant des explications quant à "l'attestation  bancaire relative à ses dépôts au niveau de l'agence de Paris, après l'opération".          Il s'agit d'un relevé bancaire de l'agence Khalifa Bank de Paris trouvé  au domicile de l'accusé lors de la perquisition. "Ledit prouve que les 609000  euros n'ont jamais été transférés vers l'agence des abattoirs à Alger", note  le juge Menouar.          La question demeure sans réponse puisque l'accusé ne donne point d'explications  et s'étale sur sa relation avec le directeur de l'agence des Abattoirs Hocine  Soualmi et qui était également le représentant de la banque dans la capitale  française, qui lui promettait  de "régulariser" sa situation comptable.          L'autre chef d'inculpation a trait au dépôt de l'argent de la mutuelle  des travailleurs de la sûreté nationale à l'agence de Chéraga ensuite vers celle  des Abattoirs (Hussein Dey) en contrepartie d'avantages et de privilèges du  Groupe Khalifa dont des cartes de voyages gratuits sur les lignes de Khalifa  Airways et une carte de crédit en devises.            Selon l'arrêt de renvoi, l'accusé a usé de son poste pour bénéficier  de lots de terrain à Ain Benian ainsi que pour son fils, en utilisant le cachet  de l'école de police.          L'accusé a nié totalement les faits retenus contre lui, précisant qu'il  ne voulait tirer profit de sa situation mais ce sont "des propositions qu'il  recevait". Pour l'argent de la mutuelle, l'accusé a souligné qu'il n'était pas  présent lors des négociations et qu'il n avait pas le pouvoir de   décision.