Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 
L’Observatoire est un organe consultatif présidé par le ministre de l’Intérieur qui a pour mission la promotion et le développement du service public et de l’administration. L’Observatoire national du service public sera installé avant la fin du mois en cours. C’est ce qu’a annoncé le ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales, Nouredine Bedoui, en marge des festivités célébrant le double  anniversaire de la création de l’Union générale des travailleurs algériens (UGTA) et la nationalisation des hydrocarbures. Selon lui, cet organe «entrera en fonction dès son installation». La création de cet Observatoire est prévue, rappelons-le, par un décret présidentiel promulgué il y a quelques mois. Selon ce texte, l’Observatoire est un organe consultatif présidé par le ministre de l’Intérieur qui a pour mission la promotion et le développement du service public et de l’administration. Sa mission est d’évaluer, en concertation avec les départements ministériels et les  établissements concernés, les actions de mise en œuvre de la politique nationale de promotion et de développement du service public. Il est également chargé de proposer les règles et mesures tendant à l’amélioration de l’organisation et du fonctionnement du service public, en vue de leur adaptation aux évolutions économiques, sociales et technologiques ainsi qu’aux besoins des usagers. Cet Observatoire est également chargé de proposer des actions de synergie et de mise  en réseau entre les départements ministériels, administrations et organismes publics, en vue de promouvoir l’innovation et la performance en matière de prestations de service public. L’Observatoire devra élaborer des rapports d’étape à l’attention du président de la République et du Premier ministre. Considérant que les prestations du service public envers le citoyen, dans les administrations du pays, «connaissent une amélioration significative à tous les niveaux», le ministère de l’Intérieur estime que la réforme engagée «doit s’accompagner d’un réel suivi». Cette nouvelle structure sera un cadre consultatif qui va réunir toutes les parties concernées, de même que les services administratifs, la société civile et les services spécialisés.  

Source