Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 
Suite à notre article intitulé «Soupçons de mauvaise gestion à l’Angem», paru le 15 mars en page 7, la direction de l’Agence nationale de gestion du microcrédit a jugé utile d’apporter des précisions. Ainsi, dans un courrier signé de Mohamed El Hadi Aouaidjia, directeur général de l’Agence, «le conseil d’orientation de l’Agence nationale de gestion du microcrédit avait tenu régulièrement ses réunion (...) jusqu’en février 2014». «Cette période avait enregistré l’introduction (...) d’un projet de décret portant modification des statuts de l’Agence dans leur section relative au conseil d’orientation, dont la composition a été élargie (...) de plus, le mandat du conseil (...) arrivait presque à terme.» «C’est cette situation qui n’a pas permis à l’Agence de faire valider ses différents bilans», lit-on encore. Le document de l’Angem reconnaît que «les états financiers, au titre de l’exercice 2010, n’ont pas été présentés à temps au conseil d’orientation sortant». Le responsable explique cela par l’obligation de faire passer du plan comptable national (PCN) au «système comptable financier» une opération «délicate, selon tous les spécialistes». Pour le reste, la direction de l’Angem, qui ne remet pas en cause les remarques du document des services du Premier ministre qui «ne fait aucunement référence à une mauvaise gestion des fonds publics», préfère rappeler que «le nombre d’activités financées» de 2011 à 2015 «représente 74% du portefeuille total des crédits». Dont acte.

Source