Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

Hier à minuit, aucun candidat à la candidature ne s’est présenté au Conseil constitutionnel pour déposer son dossier. Pourtant, ils étaient 77 candidats potentiels à avoir déposé leurs lettres d’intention. La majorité d’entre eux sont des illustres inconnus, exception faite de trois patrons de partis : Belkacem Sahli de l’Alliance nationale républicaine, Abdelaziz Belaid du Front El-Moustakbel et Tayeb Yenoune du Front pour le Développement, la liberté et l’équité. Tout le monde a fini par se retirer, faisant de l’élection à laquelle s’accrochaient le chef d’état-major de l’armée, Ahmed Gaïd Salah, le chef d’État Abdelkader Bensalah et le Premier ministre Noreddine Bedoui, un véritable fiasco !  Cette situation provoquera-t-elle le départ de tous les acteurs influents et les serviteurs dévoués du régime dans tous les rouages de l’Etat, dans les partis politiques et dans l’administration, ou se contentera-t-on de la chute de Bensalah et Bedoui ?

Nous sommes dans une situation inédite. Une élection sans candidats ni électeurs ! Le chef de l’État et le Premier ministre désavoués et contestés pour leur appartenance à un système corrompu. Le patron de l’armée est lui aussi contesté pour ses immixtions en politique et son entêtement à imposer une solution constitutionnelle se résumant en...

Lire la suite