Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
Il n’y a pas une rue ou une mosquée ou encore une place à Annaba qui ne soit connue par ses SDF, où chacun d’eux traîne derrière lui un drame. Le cours de la Révolution, la gare routière, les mosquées El Bey, El Forkane, El Rahmane, la rue Bouscarin, le boulevard de l’ALN… sont des lieux où les SDF (hommes, femmes, jeunes et moins jeunes) pullulent. Ils ont leur manière de s’approprier l’espace public en exploitant les ressources par la mendicité. Pour eux, Annaba, de par la générosité des citoyens, est une sinécure. Le seul centre pouvant accueillir une partie d’entre eux est celui de Sidi Belaïd de la vieille ville. C’est Mme Zakia Dridi qui le gère. «Ils sont 20 hommes et 15 femmes. La doyenne est Chérifa, elle est âgée de 84 ans, et la plus jeune, Saoussen, a 28 ans. Sous le vieux bâti que je gère, tout le monde a son travail. En contrepartie d’une prise en charge totale, ils font le ménage, la cuisine et même la couture», explique Mme Dridi qui est également présidente de l’association El Ihsane. Ce mode d’emploi n’arrange pas, outre mesure, tous les SDF qui veulent s’y abriter. «Ils ne veulent que dormir la nuit et partir le matin pour mendier. Ce qui est contraire à ma conviction qui se résume à donner un sens à la vie de chacun d’eux», estime-t-elle. Mieux encore, son association dispose d’un fichier détaillé dénombrant exactement les SDF dans chaque coin de rue de la ville de Annaba. Selon elle, ils sont près de 200, tous âges confondus, à cultiver l’errance, le jour, à travers les rues de la ville, et s’abriter en cette période de froid dans un bloc de bâtiment, sous un abribus ou encore au café de la gare, ouvert H24. «Ce qui me dérange le plus, ce sont les enfants et les filles. Ils sont totalement exposés aux vicissitudes de la rue où les individus aux instincts bestiaux ne manquent pas», déplore-t-elle. Malgré le peu de moyens dont elle dispose, Zakia demeure optimiste, tout en louant la dernière action baptisée «Hivers doux» où près de 6000 couvertures, des vêtements, des produits alimentaires et des équipements de chauffage ont été collectés dans le cadre de cette opération de solidarité qui cible les SDF et les familles nécessiteuses....