Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
Après plusieurs heures de marche, les randonneurs, en traversant un massif boisé, sont tombés nez à nez avec le groupe terroriste composé, selon les mêmes sources, d’une vingtaine d’éléments.   Des sources très proches des accompagnateurs de Gourdel, livrent à El Watan de nouveaux éléments sur les circonstances de l’enlèvement du touriste français, Hervé Gourdel, exécuté par ses ravisseurs, mercredi dernier. Le groupe de randonneurs a entamé la journée du dimanche dans un chalet situé à la station climatique de Tikjda, où le ressortissant français a passé sa dernière nuit. Ils se sont rendus ensuite au villages d’Ath Ouacif dans la wilaya de Tizi Ouzou, à bord d’un véhicule Kia Piccanto, marron chocolat, immatriculée dans la wilaya de Bouira, loué chez une agence de location de voiture. « Au départ, c’était juste une visite de repérage et de découverte. Ils se sont approvisionnés en denrées alimentaires auprès des commerces situés dans les villages des environ. C’est la première fois que Gourdel vient à Tikjda. Le but et de repérer les endroits précis pour la pratique de l’alpinisme. », dira notre source. Au retour, ils ont garé leur voiture au niveau du Col de Tizi N’koulal reliant les wilayas de Bouira et Tizi Ouzou. Gourdel insistait pour aller au sommet de Lalla Khedidja Au départ, les accompagnateurs de la victime refusaient de s’aventurer dans ce coin. Mais, le ressortissant français ainsi que l’alpiniste venu de Boufarik, et installé en France, insistaient pour y aller. Après plusieurs heures de marche, les randonneurs, en traversant un massif boisé, sont tombés nez à nez avec un groupe terroriste composé, selon les mêmes sources, d’une vingtaine d’éléments. Après vérification des papiers, les randonneurs ont été pris en otage durant plusieurs heures. Les terroristes ont décidé donc d’amener l’otage à bord du véhicule vers une destination inconnue. Gourdel, ajoute-t-on, « est resté muet. Il n’a prononcé aucun mot ». Les accompagnateurs auraient essayé d’intervenir pour relâcher l’otage. Malheureusement, leur tentative était vaine face aux armes des terroristes, « C’est la Chariaâ qui va décider de son sort », aurait déclaré l’un des terroristes aux accompagnateurs de Gourdel. Au retour, c’était le reste du groupe terroriste qui s’est déplacé à bord du même véhicule. Ils ont fait plusieurs navettes. Il a fallu attendre plus de 12 heures, selon nos sources, pour que le les randonneurs algériens soient libérés par leurs ravisseurs. Les accompagnateurs de Gourdel, H.B., O.D., S.K., A.A., O.k, ont été auditionnés durant cinq jours par les éléments de la brigade de recherche et d’investigation de la gendarmerie nationale de Bouira, avant de les présenter samedi dernier au juge d’instruction près le tribunal de Bouira.