Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
Une mise en oeuvre "rapide" de plusieurs mesures d'amélioration  sur la rémunération, le logement, l'organisation et les conditions du travail,  et la représentation des agents de la sûreté nationale, a été décidée à l'issue  d'une réunion interministérielle, présidée dimanche à Alger par le Premier ministre,  Abdelmalek Sellal.    En matière de rémunération, la réunion qui a été consacrée à l'examen  des questions liées à la situation socioprofessionnelle des fonctionnaires de  la sûreté nationale, a décidé la "confirmation de la mise en oeuvre d'une indemnité  au profit des agents de la sûreté nationale, avec effet à compter du 1er novembre  2014", relève un communiqué du cabinet du Premier ministre.          Il a été décidé aussi la "revalorisation de l'indemnité de zone, actuellement,  servie aux agents de la sûreté nationale avec effet rétroactif à compter du  1er janvier 2012, l'octroi d'une indemnité de déplacement collectif par agent  de la sûreté nationale effectuant des déplacements".          Dans le même volet, il a été décidé l'"attribution de la prime de spécialisation  (conducteur, etc.) et de la prise en charge de la restauration des unités constituées"  ainsi que le "relèvement des niveaux des bourses accordées aux élèves stagiaires  des écoles de formation de la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN)".          En matière de logement, une "attention particulière" sera accordée,  selon le communiqué, pour la satisfaction des demandes des agents de la sûreté  nationale dans le cadre des dispositifs et programmes existants.          Concernant l'organisation et les conditions de travail, il a été décidé  "l'allègement du système de travail 3 fois 8 heures, le rapprochement des agents  ayant des difficultés d'ordre social ou de santé de leur lieu de résidence,  l'affectation des agents de la sûreté nationale à l'issue de leur stage au niveau  des unités républicaines de sécurité pour une période de 3 à 5 ans maximum".          Dans le même volet, il a été décidé la "validation des congés maladies  des agents de la sûreté nationale au niveau des unités par les médecins de l'unité,  de garantir aux agents de la sûreté nationale les conditions d'exercer pleinement  leur mission sans entrave dans le strict respect des lois de la République,  d'assurer la protection des agents de la sûreté nationale dans l'exercice de  leurs fonctions devant les juridictions avec l'assistance d'avocats conventionnés  par la DGSN et l'examen des recours de réintégration des agents radiés qui n'ont  pas fait l'objet de décision de justice".          En matière de représentation des agents de la sûreté nationale, il a  été décidé d'"assurer la représentation des agents de la sûreté nationale au  niveau de toutes les commissions et organes de participation avec protection  des représentants dans ces commissions et organes".          Selon le communiqué, la réunion a recommandé aussi d'accorder une "attention  particulière" aux difficultés rencontrées par les services de sécurité afin  de leur permettre d'accomplir dans les meilleurs conditions leur mission, conformément  aux instructions du Président de la République, Abdelaziz Bouteflika.          Par ailleurs, il a été reconnu que les agents de la sûreté nationale  engagés pour la préservation de l'ordre public et de la protection des personnes  et des biens, exercent leurs missions dans des conditions "contraignantes" et  souvent "éprouvantes".