Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
Les circonstances de l’incident ont été volontairement et grossièrement dénaturées par les autorités chérifiennes pour en faire un acte politiquement abject. Les médias marocains, notamment l’agence de presse MAP, ont rapporté qu’un élément de l’armée algérienne avait tiré, avant-hier samedi vers midi, sur une dizaine de civils marocains à la frontière algéro-marocaine, sans préciser dans quel contexte cela s’est produit. Selon les mêmes sources, toujours, la victime (une seule), Razqallah Salhi âgé de 28 ans, marié et résidant au douar Oulad Slale, à 30 km d’Oujda (qui fait face à la bourgade algérienne de Sellam, dans la daïra de Bab El Assa, à une cinquantaine de kilomètres de Tlemcen), a été touchée par trois balles dont une l’a atteinte au visage, est actuellement hospitalisée à l’hôpital El Farabi de la capitale de l’Oriental. Pour politiser encore plus cet incident, le père de la victime a indiqué à la presse que son fils, en compagnie d’autres personnes, était «sur nos terres lorsqu’un soldat algérien est monté sur un remblai et s’est mis à tirer». Un témoignage plus que suspect lorsqu’on sait que ces lieux sont connus pour le trafic de carburant et où les gardes-frontières algériens et les soldats marocains connaissent tous les contrebandiers et le micmac qui s’y produit, un GGF use subitement de son arme pour s’attaquer à des Marocains paisiblement assis sur leurs terres. Des sources sécuritaires algériennes réfutent ces «élucubrations» en précisant qu’un nombre important de jeunes Marocains «se sont attelés à remblayer une partie des tranchées pour tenter de faire passer des produits de contrebande et récupérer des jerricans de carburant. Les GGF sont intervenus. A ce moment-là, les trafiquants se sont mis à bombarder à coups de pierres les militaires algériens. Ces derniers ont usé de tirs de sommation pour les faire fuir. Et si une personne a été blessée, c’est vraiment déplorable, mais il est faux de dire que la victime a été touchée sur les terres marocaines. Ces contrebandiers ont bien menacé nos militaires sur le territoire algérien avant de rebrousser chemin…» Des agriculteurs, témoins de l’incident, abondent dans le même sens : «Ils voulaient créer un point de passage de force pour acheminer des produits de contrebande, nos militaires ont tenté de les dissuader en tirant en l’air.» Lors d’un point de presse commun, animé avant-hier juste après l’incident, les ministres de l’Intérieur et de la Communication, porte-parole du gouvernement, le ministre marocain des Affaires étrangères et de la Coopération, Salah Eddine Mezouara, a annoncé avoir «convoqué l’ambassadeur d’Algérie à Rabat pour lui faire part de la condamnation du royaume et lui demander des explications sur les tirs, samedi, d’un élément de l’armée algérienne sur une dizaine de civils marocains à la frontière maroco-algérienne». Affaire à suivre…