Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
Près d’un millier d’anciens rappelés du service national dans le cadre de la lutte contre le terrorisme islamiste durant la période allant de 1995 à 1999, se sont rassemblés mercredi 29 octobre à la place dite de «l’Olivier» (Carrefour Lounes Matoub) de la ville de Tizi Ouzou. Ils réclament, pour l’énième fois, leurs droits légitimes dans le cadre de la «réconciliation nationale», à l’instar des repentis terroristes islamistes. A l’issue de ce regroupement, ces anciens mobilisés, quadragénaires pour la plupart, notamment ceux de la wilaya de Tizi Ouzou, ainsi que des représentants d’une vingtaine d’autres wilayas faisant partie du Conseil national de ce mouvement, se sont ébranlés pour battre l’asphalte jusqu’à l’ancienne mairie (aujourd’hui musée d’art et d’histoire de la ville). Ils ont été encadrés par les services de police pour faciliter la circulation le long de l’itinéraire. Sur place, les manifestants ont crié leurs habituels slogans de «non à la marginalisation des mobilisés, oui à une réconciliation, mais dans l’équité pour tous», tout en dénonçant les infructueuses promesses que les services concernés, notamment du MDN (ministère de la défense nationale), n’ont cessé d’avancer pendant 15 ans. Pendant tout ce temps, la plateforme de revendications des mobilisés était déposée au niveau de différentes institutions de l’Etat. Alors que les mobilisés s’étaient regroupés devant le musée de la ville (ancienne mairie), des délégués de l’association des rappelés étaient reçus au niveau du commandement du secteur militaire où ils ont été informés, selon nos interlocuteurs, que le dossier des mobilisés est pris en considération et qu’il est étudié progressivement. Au retour des délégués, les marcheurs ont repris leur mouvement, bien organisé sous l’escorte de nombreux policiers, notamment en civil, vers le siège de la wilaya où les mêmes représentants ont été reçus par le wali qui leur a donné rendez-vous pour mardi prochain, à l’issue de l’audience qu’il aura eu auprès du ministère de sa tutelle, apprend-on des mêmes délégués. Depuis des années, les rappelés du service national réitéraient leur réclamation d’une réponse urgente et claire à leurs revendications légitimes, demandaient des éclaircissements au sujet des dossiers déposés au niveau de la caisse de retraite de la wilaya de Blida, leur droit à de la considération et du respect de la part des autorités militaires et civiles, comme ils dénoncent le retard mis dans le traitement de ce dossier, qualifiant  de «peu explicite» le communiqué diffusé récemment par le MDN. Selon des délégués de l’association, la wilaya de Tizi Ouzou compte entre 17.000 à 18.000 éléments ayant accompli leur service national et rappelés par la suite, entre 1995 et 1999, pour défendre leur patrie devant l’ampleur du terrorisme islamiste qui menaçait alors d’anéantir l’autorité de l’Etat, particulièrement en certaines régions du pays. Ils sont nombreux, parmi ces mobilisés, à payer chèrement leur mobilisation, de leur vie pour certains, par de graves blessures, traumatismes, handicaps et autres déficiences mentales, pour d’autres.  
image
Size: 5.31 Mb