Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 
Quoi de plus normal que les Socialistes français constitutionnalisent aujourd’hui la sous citoyenneté pour une partie de la population française ? N'est-ce pas, là, la même infamie qui prend racine dans le vote des pleins pouvoirs au Maréchal Pétain ? C'est que Manuel Valls, pris en tenaille entre Marine Le Pen et Netanyahou, mène la barque gouvernementale devant un François Hollande plus que jamais synthétique, signe irréfutable s'il en fallait encore un de ses multiples ressemblances avec son jumeau idéologique Léon Blum. Un reniement permanent en somme auquel cette fausse Gauche usurpatrice s'est accoutumée tout le long de son histoire politique.
La Gauche : Des pleins pouvoirs pour Pétain à la constitutionnalité de la sous citoyenneté, le reniement permanent. Certes, la République française est en danger. Plusieurs adversaires la guettent. Et n’espèrent que la voir vaciller pour se jeter sur elle tels les vautours sur leur prise. De la pauvreté galopante jusqu'au terrorisme mondial en passant par la faillite de ses élites et le populisme roi tout est en effet source d'inquiétude quant à la bonne tournure qui attend l’État de droit en France.
Cela dit, l'ennemi mortel ne vient que de l’intérieur car c'est toujours du sérail que les terribles coups sont portés.
Et voilà une fois encore que la compromission politique enfonce une brèche dans l'armure républicaine. Par ceux-là mêmes qui, soixante ans plutôt, ont voté les pleins pouvoirs au Maréchal Pétain. Ouvrant par ce la porte grande ouverte à toutes les dérives possibles et imaginables.
Déchéance de nationalité, déportation et autre commodité d'usage que l'histoire retiendra dans son déshonorant registre de l'infamie humaine.
Pourtant le processus est toujours le même. Une petite contorsion avec la loi fondamentale à la quelle succèdent forcement quelques adaptations jugées conformes à l’intérêt général le tout laissant place enfin à une batterie de mesures d'exception qu'un état d'urgence rend possibles.
C'est donc par un arrangement moral avec l'esprit de la loi que les fondements de la République se fissurent. Or, le socle fondateur de l’État moderne est justement la citoyenneté. C'est elle en effet qui garantit à tout un chacun l’équitable traitement devant la loi : même droit et même devoir.
Et au-delà son aspect fondateur, elle est l'alpha et l’oméga de la République et le dernier rempart devant les attaques extérieures. Toutes les attaques, sans exception.
De ce fait elle tire théoriquement la Société vers le haut, quand bien même ses applications au quotidien sont loin d’être exemplaires. N’empêche que rendre déjà la loi écrite parfaite et absolue, remédie à beaucoup de contradictions propres à une Nation.
En fait transcrire aujourd’hui dans la Constitution française une grossière avarie légaliste comme la déchéance de nationalité visant spécifiquement de surcroît certains citoyens consiste simplement à niveler vers le-bas la loi fondamentale pour la rendre au même niveau de la « norme populaire ». Ramener en somme l’Assemblée nationale au café du commerce, si ce n'est pas carrément le bistrot du quartier.
La vérité c'est que cela signifie simplement que l’État français officialise la discrimination à l'encontre des Musulmans français. Discrimination qui est pour beaucoup origine de cette radicalisation, d'abord, socio-culturelle et seulement en suite religieuse, identitaire ou autre. Autant dire qu'à ce jeu de qui est plus extrémiste aggrave davantage la situation plus qu'il ne la résout.
Hélas rien d’étonnant qu'elle soit encore la Gauche française qui enfonce cette brèche dans l'armure républicaine. Tellement elle s'est habituée à pareille compromission. C'est en effet dans la droite ligne du Front populaire et son vote des pleins pouvoirs au Maréchal Pétain que les Socialistes comptent aujourd’hui fragmenter la Citoyenneté française, socle de la République et rempart de l’État de droit. Et après le Régime de Vichy c'est celui de l’état d'urgence qui s'installe en France toujours dans l’intérêt d'une extrême droite de plus en plus présente dans l'antichambre du pouvoir.
Et comme Pétain hier, c'est Marine Le Pen qui jubile aujourd’hui de l’étendue de son emprise sur la Gauche de Valls et Hollande.
Le dernier s’effaçant volontiers devant le premier qui, lui, s'est aligné pour pas moins de l’éternité sur l’extrême droite israélienne.
C'est que Valls, extrémiste parmi les extrémistes et pris en tenaille entre Marine Le Pen et Netanyahou, mène la barque gouvernementale devant un François Hollande plus que jamais synthétique, signe irréfutable s'il en fallait encore un de ses multiples ressemblances avec son jumeau idéologique Léon Blum.
Quoi de plus normal alors que les Socialistes français constitutionnalisent aujourd’hui la sous citoyenneté pour une partie de la population française ? N'est-ce pas, là, la même infamie qui prend racine dans le vote des pleins pouvoirs au Maréchal Pétain ? Un reniement permanent en somme auquel cette fausse Gauche usurpatrice s'est accoutumée tout le long de son histoire politique.
 

Alter Info l'Information Alternative