La Formule 1 au Maroc ? Trop tôt pour sabrer le champagne...

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

...

Le directeur des opérations commerciales de la Formule 1 (F1) a déclaré que Marrakech s’est montrée intéressée pour abriter un Grand Prix. Une opportunité pour laquelle le Maroc s’est préparé, mais qui nécessiterait encore beaucoup d’ajustements aux stands. Explications. Et si la Formule 1 venait à corriger une anomalie de son histoire ? “Nous courons...

Lire la suite

Mehdi Bensaid : "Les egos, y compris le mien, ont prévalu dans les décisions prises par le parti"

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

...

Dans cet entretien, Mehdi Bensaid revient sur l’appel du futur qu’il a lancé aux côtés de plusieurs autres figures du PAM et évoque l’avenir de la formation au tracteur. Les soubresauts internes au sein du PAM continuent… Moins d’un mois après le lancement de l’appel à la responsabilité par cinq figures historiques du parti, voilà...

Lire la suite

L'émission française "Clit Revolution" parle de l'avortement au Maroc

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

AVORTEMENT - Il y a quelques jours, l’État de l’Alabama adoptait une des lois les plus restrictives sur l’avortement aux Etats-Unis. Cette mesure a relancé dans ce pays, et plusieurs autres États, le débat autour de l’avortement.

C’est dans ce contexte que l’émission de web-documentaire féministe, “Clit-Revolution”, a publié hier un nouvel épisode consacré à cette thématique, en partie tourné au Maroc.

À cette occasion, les militantes féministes et créatrices de “Clit Revolution”, Elvire Duvelle-Charles et Sarah Constantin, se sont rendues à Rabat où elles sont allées à la rencontre de Betty Lachgar, porte-parole du Mouvement alternatif pour les libertés individuelles (M.A.L.I) et militante féministe.

“Pourquoi les pays du nord seraient plus avancés?”

Cette dernière est ainsi revenue sur la législation sur l’avortement au Maroc ainsi que les initiatives prises par le mouvement pour aider les femmes souhaitant avorter. Betty Lachgar a notamment évoqué l’affaire de l’Artotec, un anti-épileptique utilisé comme médicament avortif. “Le ministère de la santé a carrément retiré le médicament du marché. Depuis, on essaye de se le procurer autrement”, explique-t-elle.

La militante affirme également que le mouvement est “submergé de demandes”. “On a beaucoup de mal à...

Lire la suite

Le management participatif et par objectif: entre mode de gouvernance et culture de gestion

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

10'000 Hours via Getty Images

MANAGEMENT - Aujourd’hui, le management participatif et par objectif (MPO) est devenu un style de management contemporain incontournable, catalyseur des performances collective et individuelle des organisations. En effet, il s’agit d’une conduite managériale fondée sur l’approche participative et axée sur le dialogue de gestion, le partage des idées et la responsabilisation des acteurs afin d’atteindre des objectifs assignés, en l’occurrence les résultats probants s’inscrivant dans la trajectoire cible de l’entreprise.

Cependant, la mise en place du MPO interpelle le mode de gouvernance de l’entreprise, spécifiquement son mode de pilotage. De ce fait, le MPO ne peut être bâti que sur une gouvernance transverse centrée sur les résultats et structurée autour des projets collectifs d’entreprise.

Dans le même sillage, le MPO est susceptible de procurer aux entreprises un avantage concurrentiel à travers son approche de gestion moderne, favorisant la fierté d’appartenance à l’organisation et par conséquent la mobilisation des efforts en vue de la réalisation du profit. D’autre part, cette nouvelle culture de gestion incite à l’innovation au sein de l’entreprise, du fait qu’on partage les risques et les responsabilités et même la prise de décision. De ce...

Lire la suite

Avec "Atlantique", on regarde les migrants dans les yeux de ceux qui restent

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

FESTIVAL DE CANNES - Première femme noire de toute l’histoire du Festival de Cannes à concourir en compétition, la réalisatrice franco-sénégalaise Mati Diop a présenté son long-métrage “Atlantique” jeudi 16 mai. Un drame fantastique dans lequel des migrants disparus en mer viennent hanter ceux et celles qu’ils ont quittés.

Des migrants, on s’est malheureusement habitué aux images des embarcations de fortune parfois sauvées in extremis en pleine mer et aux témoignages bouleversants de ces exilés à leur arrivée sur le sol espagnol, italien ou français. Mais que se passe-t-il pour ceux qu’ils ont laissés, ceux qui sont restés au point de départ de leur périple souvent mortel?

Voilà ce que donne à voir le film “Atlantique” de Mati Diop. Prolongement d’un court-métrage du même nom (mais au pluriel) qui suivait la traversée d’un jeune Sénégalais, la caméra de la réalisatrice reste désormais aux côtés de ceux, ou plutôt de celles, qui doivent continuer de vivre après le départ de leurs êtres chers.

Dans la banlieue de Dakar, Souleiman et d’autres ouvriers d’un chantier qui n’ont plus été payés depuis quatre mois embarquent de nuit à bord d’une pirogue vers l’Espagne dans l’espoir d’une vie meilleure....

Lire la suite