Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

IFC Middle East & North Africa/Facebook

La signature de l'accord a eu lieu à Marrakech.

INVESTISSEMENT - Ce 9 mai, la Société financière internationale (IFC), membre du groupe de la Banque Mondiale, a signé un accord d’investissement avec KMR Holding Pédagogique (KMR), principale plateforme d’enseignement supérieur privé en Afrique francophone. L’IFC s’est engagée à allouer un prêt de 14 millions d’euros afin d’aider KMR à étendre la formation médicale au Maroc et au Sénégal, rapporte un communiqué.

Grâce à ce prêt, KMR va pouvoir ouvrir les portes de la première faculté de médecine privée du Maroc, qui sera logée à l’Université privée de Marrakech (UPM). Au Sénégal, la plateforme développera l’Université de médecine Saint-Christopher Iba Mar Diop de Dakar, avec notamment la construction d’un dortoir étudiant de 250 lits.

“L’enseignement supérieur est une priorité stratégique pour l’IFC au Maroc, où nous souhaitons aider les champions de l’éducation marocains à proposer de nouvelles solutions innovantes au secteur privé pour améliorer l’accès à l’éducation et à l’employabilité”, a souligné  Xavier Reille, responsable pays d’IFC pour le Maghreb.

Pour Mohamed Kabbadj, fondateur et PDG de KMR -qui compte plus de 8.000 étudiants répartis sur les campus de Casablanca, Marrakech et Dakar-, cet investissement aidera la plateforme "à devenir un acteur panafricain de l’éducation, en particulier dans le secteur de la santé”.

Les 14 millions d’euros viendront soutenir la croissance du nombre d’enseignants privés dans l’enseignement supérieur des deux pays. Il permettront également d’atténuer “la pression sur les universités publiques surchargées et soutenir les programmes qui préparent les étudiants à travailler dans une économie en rapide mutation”, indique le communiqué. Mais surtout, ils contribueront ”à augmenter le nombre de médecins et de professionnels de la santé au Maroc et au Sénégal, pays où sévit une grave pénurie de médecins”.

Source