Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
Le stage de l’équipe nationale des joueurs locaux de football qu’a convoqué Rachid Taoussi du 18 au 21 février en prévision des prochaines échéances, «en particulier les éliminatoires du Mondial-2014 et du prochain Championnat d’Afrique des joueurs locaux (CHAN-2014)» comme le souligne si bien le communiqué, a tout du faux, du moins pour le premier volet de la chose. Si, pour le CHAN, Rachid Taoussi a tout loisir de puiser dans le cru et de tester les qualités techniques de tout un chacun comme il le dit, forcé en cela par la règle du jeu, ce n’est pas le cas du Mondial 2014.
Mais dans le domaine du manque de sincérité, le sélectionneur national qui nous a déjà bernés une fois lors des préparatifs p                      our la dernière CAN d’Afrique du Sud est un champion. Souvenons-nous quand il avait promis une ossature made in «ici-bled» pour in fine privilégier les «outlanders».  
Le produit du cru que l’on délaisse volontiers ou que l’on noie au beau milieu d’expatriés et qui du reste ne sont pas plus performants, reste bien meilleur dès lors qu’il s’agit de défendre les couleurs nationales. Ce sont ces «Botolistes» et comble d’ironie, Taoussi le sait mieux que quiconque, qui à force de bourlinguer sur la plupart des stades miteux d’Afrique ont, ô paradoxe, titré le football marocain, contrairement à certains pros. Ces derniers, à quelques petites exceptions près, excellent plutôt à user leur short sur les banquettes qu’à avoir du temps de jeu. Pour reprendre le ton d’un refrain de chanson, «il en est, qui sont mal nés». Maintenant accorder l’avantage aux autres est une discrimination dans laquelle Taoussi baigne de tout son soul.
A Maâmora, Rachid Taoussi a convoqué pas moins de 23 joueurs, pour le stage.  Trois éléments évoluant en seconde division, deux Marrakchis du KACM, Jdira Abdeljalil et Noureddine El Gourch et Youssef Agnou de l’AS Salé en font partie. Dire qu’ils ont quelques chances d’intégrer le groupe des élus c’est nous voiler la face en plus d’être de l’utopie.
...