Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 
Deux bombes ont explosé lundi lors du marathon de Boston, événement sportif emblématique aux Etats-Unis, tuant trois personnes dont un garçon de 8 ans et faisant une centaine de blessés, un carnage au milieu de dizaines de milliers de spectateurs qui a provoqué la panique.
Alors que, près de 12 ans après les attentats du 11-Septembre, le pays sous le choc se demandait s'il venait d'être victime d'une nouvelle attaque terroriste, le président américain Barack Obama n'a pas utilisé le mot attentat, mais un haut responsable à la Maison Blanche a évoqué, sous couvert de l'anonymat, une "action terroriste".
S'adressant solennellement de la Maison Blanche aux Américains sonnés par les images diffusées en boucle de panique, de fumée et de spectateurs hurlant et ensanglantés à la fin du marathon, le président Obama a promis que les auteurs du carnage dans la métropole du nord-est des Etats-Unis devraient "rendre des comptes".
"Nous ne savons pas encore qui a fait ça, ni pourquoi, et nous ne pouvons pas faire de conclusions hâtives", a-t-il déclaré. "Mais nous trouverons ceux qui sont responsables, pourquoi ils ont fait cela" et ils "sentiront tout le poids de la justice".
Plus de 27.000 personnes participaient au marathon de Boston (42 km), la course la plus ancienne des Etats-Unis, qui attire les meilleurs athlètes du monde entier, et des milliers de personnes s'étaient massées sur le parcours pour les encourager, en ce jour férié dans l'Etat du Massachusetts.
Les deux bombes ont explosé à 13 secondes d'intervalle et à 50 à 100 mètres de la ligne d'arrivée de la course où s'étaient massés des dizaines de milliers de spectateurs. Le chef de la police de Boston, Ed Davis, a annoncé que trois personnes avaient été tuées.
Des roulements à bille placés dans les bombes ont provoqué des blessures particulièrement atroces, ont indiqué la police et des médecins.
Le chef de la police a appelé la population à la prudence, lui recommandant de rester chez elle, tout comme le gouverneur du Massachusetts qui a également demandé aux Bostoniens de transmettre à la police toute information susceptible de faire avancer l'enquête, désormais dirigée par le FBI.
Plusieurs villes, dont New York, Washington et San Francisco, ont renforcé leurs mesures de sécurité.
Le Sénat à Washington a observé dans la soirée une minute de silence en solidarité avec les victimes.
Le marathon de Boston est organisé dans la capitale du Massachusetts depuis 1897. Il est traditionnellement couru le troisième lundi d'avril.
...