Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 
Une semaine après son lancement à Rabat, le Festival Mawazine-Rythmes du monde prend son dernier virage ce vendredi avant sa clôture demain soir dans la capitale.
Au huitième jour de cet événement d’envergure internationale, les festivaliers ont rendez-vous avec deux étoiles montantes de la chanson marocaine bien connues des amoureux de la musique. Il s’agit de : Hatim Ammor et Hoda Saad.
Deux jeunes artistes issus des télé-crochets marocains (Studio 2M et Noujoum Al Ghad) et panarabe (X Factor) qui ont marqué de la plus belle manière les téléspectateurs et laissé d’excellentes impressions aux jurys desdites émissions.
On peut donc dire, sans risque de se tremper, que ces deux étoiles brilleront de mille feux ce soir sur la scène Nahda où elles confirmeront tout le bien que l’on dit d’elles.
Auteur de plusieurs sigles à succès, Hatim Ammor ouvrira le bal à partir de 21h15. Le lauréat de Studio 2M (2005) proposera au public un répertoire composé de chansons populaires orientales et marocaines qui ont fait sa réputation. L’artiste, qui mène en parallèle une carrière de comédien, interprétera quelques titres  de son premier album, « Chabba », sorti en 2010. Et devait, sans doute, gratifier le public de son premier titre : Wala Marra. Le tout dans une ambiance qu’on peut imaginer conviviale et festive.
Tout juste après sa prestation, la chanteuse Hoda Saad donnera la réplique dans un show qui se veut tout aussi convivial. La jeune femme, dont les prestations ont été unanimement saluées lors de ses passages à l’émission Noujoum Al Ghad puis au concours X Factor au Liban, se passionne très tôt pour la musique. Elle sera d’ailleurs admise au conservatoire à 12 ans, avec la bénédiction de ses parents. Il est à rappeler que Hoda Saad est issue d’une famille d’artistes.
Ce soir, on peut penser qu’elle offrira un spectacle à l’image de sa notoriété naissante dans un show qui promet d’excellents moments de détente.
Autre artiste ayant fait ses preuves : Laila Lamrini. Une artiste à la voix magnifique dont la prestance et le talent font d’elle une chanteuse à part.
Cette jeune spécialiste de musique traditionnelle marocaine, originaire de Meknès, s’illustre dans le genre melhoune et musique andalouse et gharnatie.
Il est à signaler que d’autres concerts sont prévus dans la même soirée, sur d’autres scènes. En effet, le public applaudira également,  le Libanais Mohamed Iskandar et la lionne marocaine de l’Atlas, Najat Aatabou (Salé);  l’orchestre maghrébin El gusto (Théâtre Mohammed V); la chanteuse turque Aynur au Chellah,  la Suédoise d’origine marocaine  Loreen et le compositeur et interprète de génie, Enrique Iglesias (OLM Souissi). Et un peu tard dans la nuit, le public aura rendez-vous avec le célèbre couple malien Amadou et Mariam (scène Bouregreb).
...