Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
Les greffiers ont dit leur mot concernant le processus de réforme de la justice. Vendredi à Fès, les premiers concernés ont été au rendez-vous. Mais pas comme ils l’espéraient. L’approche qu’ils jugent «inappropriée et non participative » les a poussés à réagir. Non, disent-ils à l’exclusion. Une centaine de fonctionnaires se sont ainsi massés devant l’hôtel Zalagh Palace, où le ministre organisait une rencontre qui s’inscrit dans le cadre du processus de réforme de la justice. Les slogans scandés lors de cette forme de protestation avaient trait au refus de toute forme d’exclusion et appelaient à une participation effective et non formelle au processus de réforme de la justice lancé par le département de Mustapha Ramed.
Le bras de fer entre le ministre de la Justice, et les syndicats dont le Syndicat démocratique de la Justice (SDJ) affilié à la FDT se poursuit et n’a pas l’air de prendre fin. Et pour cause, disent les syndicalistes, «le ministre s’entête aveuglément à appliquer son approche loin de tout esprit participatif ».
Soulignons que la FDT a adressé une lettre de protestation au chef du gouvernement dans laquelle elle dénonce la manière avec laquelle le ministère de  tutelle a traité les mouvements de protestation du personnel de la justice, demandant par la même occasion l’annulation de la décision d’opérer  des prélèvements sur les salaires des grévistes.
...