Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 
Le président des Affaires religieuses turques, Mehmet Gormez, a mis en garde Tel Aviv, contre toute tentative de diviser la Mosquée al-Aqsa, spatialement et temporellement, dans le contexte des récentes incursions israéliennes répétées dans les lieux sacrés de l'islam. Le responsable turc a, par ailleurs, considéré, que l'effondrement de l'Empire ottoman, il y a près d’un siècle, a constitué un prélude à la fondation d’Israël.
Turquie: Gormez met en garde Israël contre toute division de la Mosquée al-Aqsa «Israël vise à diviser la Mosquée al-Aqsa spatialement et temporellement, or il s’agit d’une ligne rouge pour tous les Musulmans vivant dans la région», a déclaré Mehmet Gormez, dans un entretien avec Anadolu, soulignant que «la Présidence des Affaires religieuses turques, ne peut accepter la division».
Il a poursuivi: «La question d’al-Aqsa, n’est pas seulement d’ordre historique et culturel, pour la Turquie. Il s’agit d’une question de foi et de croyance, liée à l’identité même des Musulmans».
«Le monde islamique est entouré d’une ligne de feu. L’incendie couve dans de nombreuses capitales musulmanes, marquées par les affrontements, l'extrémisme, et la destruction. Mais l’origine du mal, la source des problèmes est à trouver dans l'occupation par Israël des territoires palestiniens, et de la Mosquée al-Aqsa» a affirmé Gormez.
Il a ajouté : «Il y a eu les guerres du Golfe, l’occupation américaine de l’Irak (2003-2011), et les problèmes en Syrie (qui se poursuivent depuis 2011), et d’autres encore. Mais la raison principale réside dans l’occupation israélienne. Parce que le système des Nations Unies, et les grandes puissances se focalisent sur la sécurité d'Israël, et oublient les millions de Musulmans».
À cet égard, le responsable turc a considéré la focalisation internationale sur la sécurité d'Israël, comme «le plus grand problème», soulignant que «l'effondrement de l'Empire ottoman il y a près d’un siècle a constitué un prélude à la fondation d'Israël (1948), qui a tout détruit après l'occupation de la Palestine (la même année), poussé de nombreux Palestiniens à l’exil aux quatre coins du monde, divisé Jérusalem (Est et Ouest), et édifié un nouveau mur de Berlin (en référence au mur de séparation en Cisjordanie)».
Le président des Affaires religieuses turques s’est félicité de l’initiative des «frères et sœurs retranchés dans la Mosquée al-Aqsa [Mourabitoun] », et a condamné «ceux qui occupent la Mosquée, et qui y entrent avec leurs chaussures».
«Les incursions des Israéliens avec leurs chaussures à al-Aqsa, blessent gravement les croyants. Ils jouent avec le feu, comme l’a déclaré le Président [dirigeant turc Recep Tayyip Erdogan] » a-t-il martelé.
Au sujet de l’expansion des organisations «extrémistes» dans de nombreux pays islamiques et de la région, Mehmet Gormez a déclaré: «Nous devons examiner comment ces organisations sont apparues. Nous pouvons observer le phénomène dans un Etat comme l’Afghanistan, qui était à l’origine, plutôt modéré» a-t-il affirmé, rappelant que ce pays «a été le foyer du soufisme islamique, et a engendré de nouveau ulémas et soufis».
Le responsable turc a, cependant, poursuivi: «Mais après l'occupation soviétique (1979-1988), puis américaine (2001-2014) de l'Afghanistan, sont apparus les Talibans et al-Qaïda. On ne peut donc affirmer qu’il s’agit d’une création afghane, mais d’entités dont l'occupation des puissances étrangères a permis l’émergence».
«Il n’est, toutefois, pas rationnel de considérer les seuls facteurs externes. Il y a également des motivations internes, dont l’émergence d’une mauvaise compréhension de l'Islam et des textes religieux. Ils [les organisations extrémistes] se concentrent sur la lettre, et délaissent l’essence des textes, et émettent aveuglément des fatwas. Ce qui est catastrophique», a-t-il affirmé.
Il a souligné que ces organisations «se trompent dans leur compréhension du djihad, jettent l’anathème sur ceux qui ne pensent pas comme eux, et appellent à les tuer. Il s’agit d’une grande discorde [fitna]. La seule solution est de parvenir à une véritable compréhension de l’Islam».
A cet égard, le président des Affaires religieuses a appelé les jeunes musulmans à s’intéresser à leur religion, leur foi, et leur histoire, pour parvenir à comprendre véritablement le Coran, et la Sunna».
Quant à l’organisation, par son département, de nombreuses conférences au profit de savants et d’hommes de religion, issus du monde entier, dont le congrès des Ulémas d’Asie et du Pacifique, tenu mardi dernier, Mehmet Gormez a indiqué que l’objectif de ces initiatives est «d’unifier la Oumma [Nation Islamique], parce que l’Islam est fondé sur l’Unicité [de Dieu] et l’unification des positions [des croyants]».

Alter Info l'Information Alternative