Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 
Onde de choc après des images d'extrémistes juifs célébrant la mort d'un bébé palestinien "Les images (...) montrent le vrai visage d'un groupe qui constitue un danger pour la société israélienne et la sécurité d'Israël", déclare Netanyahu.
La diffusion d'images montrant des extrémistes juifs célébrant la mort du bébé palestinien brûlé vif avec ses parents en Cisjordanie occupée a relancé jeudi le débat sur la violence juive en Israël, ramenée sous le feu des projecteurs par la mort de la famille Dawabcheh dans l'incendie de leur maison dans le nord de la Cisjordanie occupée fin juillet.
Les autorités israéliennes avaient alors dénoncé, fait rare, un "terrorisme juif" et plusieurs extrémistes avaient été arrêtés et emprisonnés, suscitant l'ire de leurs partisans. Mais aucun détail sur les auteurs ou sur de possibles poursuites contre eux n'a filtré jusqu'ici, alors que la sécurité israélienne maintient la censure sur les détails des investigations.
La vidéo qui fait actuellement débat, filmée il y a une dizaine de jours lors d'un mariage, montre des jeunes juifs orthodoxes qui dansent en brandissant des armes à feu et en faisant passer, en la poignardant, une photographie d'Ali Dawabcheh, le bébé tué avec ses parents dans l'incendie.
"Danger pour la société"
Les autorités israéliennes ont annoncé avoir ouvert une enquête sur ces images, diffusées sur les médias israéliens, qui montrent, a affirmé le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, "le vrai visage d'un groupe qui constitue un danger pour la société israélienne et la sécurité d'Israël". Il a ajouté refuser "que des gens nient les lois de l'Etat".
Selon les médias israéliens, le marié était un membre connu de l'extrême droite, questionné dans le passé pour son rôle présumé dans des actes de "terrorisme juif", et nombre des invités étaient proches des suspects arrêtés dans le cadre de l'enquête sur l'incendie de la maison des Dawabcheh.
Plusieurs leaders de la mouvance des colons ont dénoncé les images et le ministre de l'Education Naftali Bennett, chef de file du parti nationaliste religieux Foyer juif, a évoqué des "terroristes dont le but est de démanteler l'Etat d'Israël".
Cette vidéo et la polémique qui l'entoure s'inscrivent dans un contexte de violences meurtrières qui ne faiblissent pas depuis près de trois mois.

Alter Info l'Information Alternative