Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 
CRH, une importante firme irlandaise, se désinvestit de l'industrie israélienne du ciment CRH, une importante firme irlandaise, se désinvestit de l'industrie israélienne du ciment
Adri Nieuwhof, The Electronic Intifada                                      
 
Une des plus grandes sociétés Irlandaise se désinvestit d'Israël après avoir subi des pressions régulières de la part des militants de la Solidarité avec la Palestine.
 
Dans un communiqué, l'entreprise CRH de matériaux de construction basée à Dublin a confirmé qu’elle avait vendu ses actifs israéliens.
 
Cela faisait plus de dix ans que le mouvement de solidarité Irlande-Palestine (IPSC) menait une campagne pour que CRH cesse ses activités en Israël. Martin O'Quigley, le président d’IPCS, a qualifié l’annonce de CRH de « victoire importante pour les Palestiniens » qui vivent sous occupation israélienne.
 
O'Quigley a reproché à CRH d’avoir tant tardé à mettre fin à son « investissement honteux », mais a ajouté qu’il « fallait mieux tard que jamais ». 
 
L’image d’Israël est toxique
 
CRH est la deuxième plus grande entreprise irlandaise, selon une enquête de 2015 de The Irish Times.
 
Elle détenait 25 % de parts dans Mashav, le propriétaire de Nesher, le principal fabricant de ciment en Israël.
 
En 2004, CRH a admis que, « selon toute probabilité », le ciment de Nesher était utilisé pour construire le mur érigé par Israël en Cisjordanie. La construction de ce mur en territoire palestinien occupé a été déclarée illégale, cette année-là, par la Cour internationale de Justice.
 
Le ciment de Nesher a également été utilisé dans la construction de colonies israéliennes en Cisjordanie et dans le réseau de tramways qui dessert les colonies israéliennes de Jérusalem-Est.
 
CRH est la dernière grande société en date à se désinvestir en Israël. Les entreprises françaises Veolia et Orange ont toutes deux pris des décisions similaires, il y a peu.
 
Les entreprises qui cherchent à tirer profit du système d'apartheid d'Israël sont de plus en plus l’objet de campagnes qui nuisent à leur image, du fait du développement du mouvement Boycott, Désinvestissement et Sanctions mené par les Palestiniens.
 
L'image d'Israël est « de plus en plus toxique », a déclaré O'Quigley. « Il semble que les entreprises internationales finissent par comprendre que cela ne paie pas de faire des affaires avec l'Etat d'apartheid. »
 
Traduction : Dominique Muselet
 

Alter Info l'Information Alternative