Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
Pour les Frères musulmans la victoire, certes morale pur le moment, est déjà acquise. Elle sera sans aucun doute effective prochainement sous une forme ou une autre. Ou bien par un retour rapide mais, peut-être, éphémère au gouvernail à l’issu de la crise actuelle, ou bien par un retour lent mais, très probablement, massif dont la pierre angulaire sera le renversement du Président Moursi, exactement comme le fut le renversement du Président Allende en Amérique latine et dont les fruits se font encore cueillir jusqu’à nos jours.
Frères musulmans : la victoire divine?
Certes, il fallait-être extrêmement naïf, voire enfantin, comme le général el-Sissi en Egypte, pour penser un instant que l’on peut si facilement venir à bout d’un mouvement politique, social et religieux vieux de presque un siècle par un simple coup de force, somme toute maladroit et irréfléchi.
Notamment si l’on sait que ce mouvement a affronté durant ce siècle les plus redoutables des régimes tortionnaires et dictatoriaux et déjà enduré dans sa chair l’emprisonnement, la torture et l’assassinant.
Certes, aussi, prendre les gouvernails d’un navire en pleine tempête est autant risqué et imprudent que de venir au pouvoir en périodes troubles.
Ces deux certitudes combinées et nous aurons en conséquent un grand doute quant à la bonne tournure politique dans les pays du Printemps arabe, notamment en ce qui concerne le rapport entre partis islamistes et démocratie républicaine.

De ce fait, beaucoup d’analystes ont déjà averti (*)que l’arrivée au pouvoir des dits partis, majoritairement issus de la mouvance Frères musulmans, en période poste révolutionnaire est presque un suicide, tellement il est difficile de gouverner un pays quelconque, spécialement si c’est l’Egypte, en pareilles circonstances.
C’était sans savoir qu’à quelque chose malheur est bon. Et cette épreuve par laquelle passent aujourd’hui les Frères musulmans en Egypte peut s’avérer tout compte fait extrêmement bénéfique. Bénéfique en effet dans la mesure qu’elle les a sauvés d’une situation dans laquelle ils se sont engouffrés par imprudence.
A savoir les marasmes socioéconomiques Égyptiens que beaucoup de puissances régionales alimentent par rivalité et opportunisme pour certaines, ou, pour d’autres, par crainte de voir pour une fois une action populaire imposer sa volonté permettant ainsi à un peuple phare dans le Monde arabe de prendre son destin en main ; ce qui est pour ces derniers un danger guettant leurs régimes familiaux moribonds.

Cependant, le grand profit que les Frères musulmans gagnent de cette crise est certainement en terme d’image et crédibilité. Et effectivement une semaine seulement fut suffisante pour que la suspicion longtemps entretenue par leurs adversaires se dissipe aux yeux du monde entier. Ainsi, les Frères musulmans passent presque par miracle de la posture réelle ou fantasmée du redoutable loup de la bergerie démocratique à un gentil bélier, pour ne pas dire agneau, qui malicieusement sait bien quand il faudra sortir ses cornes et quand il est plus prudent de les cacher.
Quoi qu’il en soit, une victoire, certes morale pur le moment, est déjà acquise. Elle sera sans aucun doute effective prochainement sous une forme ou une autre. Ou bien par un retour rapide mais, peut-être, éphémère au gouvernail à l’issu de la crise actuelle, ou bien par un retour lent mais, très probablement, massif dont la pierre angulaire sera le renversement du Président Moursi, exactement comme le fut le renversement du Président Allende en Amérique latine et dont les fruits se font encore cueillir jusqu’à nos jours.
En somme, cette victoire est incontestablement inespérée, voire miraculeuse, est-elle divine?

(*) http://www.alterinfo.net/Les-Freres-musulmans-et-le-grand-defi-2013_a85017.htm l

Cide

Alter Info l'Information Alternative