Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 
Pourquoi Assad est l’homme d’Israël à Damas selon Efraim Halevy …
Le bimestriel Foreign Affairs a publié le 10 mai un article[1] du neuvième directeur du Mossad (1998-2002) et 4e chef du Conseil de sécurité nationale israélien Ephraim Halevy, dans lequel il explique pourquoi Assad est l’homme d’Israël à Damas.

De père en fils, les Assad[2] ont toujours été considérés par les responsables israéliens comme un bouclier de sécurité et de paix protégeant les frontières d’Israël plus de 40 ans. « Israel knows one important thing about the Assads: for the past 40 years, they have managed to preserve some form of calm along the border. » se félicite Ephraim Halevy.

Après les raids dans la région de Damas, qui semble-t-il, visaient « des armes iraniennes destinées au parti chiite libanais Hezbollah » selon les responsables israéliens, le silence radio du régime du dictateur Bachar el Assad parait normal, raisonnable et prévu pour Efraim Halevy « Last week’s attacks were a case in point. Israel did not hesitate to order air strikes when it had intelligence that arms were going to be funneled from Syria to Hezbollah. (…) But parallel with that messaging, Israel also made overt and covert efforts to communicate to Assad that Jerusalem was determined to remain neutral in Syria’s civil war. The fact that those messages were received in Damascus was reflected in the relatively restrained response from the Assad regime: a mid-level Foreign Ministry official offered a public denouncement of Israel -- and even then the Syrian government offered only a vague promise of reprisal, vowing to respond at a time and in a manner of its choosing. »

La réponse molle du vice-ministre syrien des Affaires étrangères Fayçal Moqdad dans un entretien exclusif à l’AFP, confirme que les vrais ennemis du régime confessionnel, raciste et criminel de Bachar el Assad, sont la révolution, la liberté, la justice et la démocratie.

Le reste, ce sont Thierry Meyssan et les agités du bocal pro-Assad[3] qui le comprennent et interprètent à leur manière teintée de sunnitophobie et d’orientalisme « new age ».

[1] Efraim Halevy : Israel's Man in Damascus - Why Jerusalem Doesn't Want the Assad Regime to Fall

[2] Lire « La vérité sur les Assad et les autres girouettes, Michel Aoun et tutti quanti »

[3] Lire « Syrie : la «Taqiya» des agités du bocal, Sartre, les rhinocéros et le ténia barbu »

© Photo Cornish / Sipa

Alter Info l'Information Alternative