Les rejets de l’élection présidentielle du 4 juillet se multiplient. Partis politiques, organisations professionnelle et élus locaux sont défavorables à la tenue de cette élection, alors que le pouvoir mise sur ce scrutin comme unique solution à la crise. Le chef de l’Etat l’avait réaffirmé dans son discours du 5 mai.

A moins de deux mois de l’élection présidentielle, les rejets proviennent d’ici et de là. Hier c’est les avocats qui ont renoué avec la protestation. A Tizi Ouzou, ils ont marché pour exprimer leur refus de l’élection présidentielle. En réponse à l’appel lancé par l’Ordre des avocats de la wilaya, où il a été souligné l’importance de la mobilisation pour construire une Algérie libre et démocratique qui ne va se réaliser que par un changement radical, les robes noires étaient au rendez-vous. Des slogans hostiles à la tenue de ce scrutin ont été scandés. Dans la wilaya de Bouira, les avocats se sont également rassemblés devant la cour de justice pour dire non à ce scrutin. Ils réitèrent leur attachement aux revendications du peuple. Rappelons que les robes noires avaient organisé, le 23 mars-journée nationale des avocats-, une grande marche à Alger en guise…

Lire la suite

Laissez un commentaire

In response to:

Avocats et élus locaux reviennent à la charge

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *

*