Baghdad Bounedjah

Il affole les compteurs de nouveau. Comme pour dire qu’il a retrouvé son instinct d’antan. Ce mardi, Baghdad Bounedjah a permis à son équipe de s’imposer 3 buts à 1 aujourd’hui dans le match au sommet de la 14e journée de la Qatar Stars League (QSL). Toutes les réalisations de son équipe portaient sa griffe. Son bilan sur les trois dernières sorties est remarquable: 9 buts et 3 passes décisives. Certains diront que c’est juste le modeste championnat qatari mais la ringardisation de la concurrence est manifeste.

Il démarre l’année 2021 sur les chapeaux de roues. Bounedjah est inextinguible depuis  le 02 janvier dernier. Un doublé et une offrande lors du carton (5-0) d’Al Sadd face Al-Kharitiyath, un quadruplé et 3 passes décisive lors de la valise passée à Al-Sailiya SC et un triplé pour faire renverser Al-Duhail SC (3-1) concurrent direct pour le titre, telle était sa copie pour amorcer 2021. Au total, il a claqué 15 buts après 12 journées pour pointer en tête du classement des buteurs.

Sur les standards de la mémorable année 2018 ?

Ces standards ressemblent à ceux de 2018 quand l’Algérien avait terminé avec 59 pions en… 40 rencontres club (52) et sélection (7) réunis. Il avait fait mieux que Lionel Messi (51 unités en 54 matchs) et Cristiano Ronaldo (49 banderilles en 53 apparitions) sur l’année civile. Certes, le niveau des compétitions n’est pas le même car la Pulga et CR7 jouent dans les 5 grands championnats. Mais le Fennec avait joué beaucoup de matchs en moins. C’est pour expliquer que ses facultés de finisseurs étaient bien au-delà de la normale. Mais on n’a jamais pu voir ce que ça donnerait contre des adversaire du Vieux Continent.

Pour cette année 2021, celui qui a fait mouche à 157 reprises pour 42 « assists » en 134 rencontres avec le maillot d’Al-Sadd semble, plus que jamais, reparti du bon pied. Un réveil qui ne peut que rassurer l’avant-centre mais aussi le sélectionneur Djamel Belmadi. D’autant plus que le natif d’Oran semblait en nette perte de vitesse depuis la Coupe d’Afrique des nations 2019 remportée par l’Algérie durant laquelle il n’avait trouvé la faille que par deux fois. Une sur penalty et une autre pour offrir le trophée continental aux siens.

Le coup de pression de Delort

Deux réalisations qui n’avaient rien de « fou ». Un tir depuis le point des 9m50 et une frappe à la trajectoire bizarre qui semblait tomber du ciel pour tromper le portier sénégalais en finale. Pour illustrer le manque d’efficacité, Bounedjah est resté muet 8 fois sur les 12 dernières sélections. Il a désormais de fortes chances de faire oublier cette  « méforme » avec un réveil qui coïncide avec l’excellente forme affichée par Andy Delort, son concurrent dans le compartiment offensif. Ce dernier avait marqué lors de la dernière sortie avec les Verts au Zimbabwe. Le Montpelliérain affiche d’excellentes stat’ avec les Héraultais8 buts et 6 passes décisives en Ligue 1 Uber Eats.

Certes, les deux profils sont différents mais le rôle reste le même : marquer. Avoir deux éléments de cette productivité offensive ne peut que soulager Belmadi à l’approche d’échéances importantes. Aussi, il y a Islam Slimani qui va signer à l’Olympique lyonnais dans l’espoir de rééditer ses exploits accomplis lors de son passage à l’AS Monaco (9 buts et 8 passes D) la saison passée. Si ce trio crache le feu, affronter les Guerriers du Désert risque de devenir infernal pour les adversaires. C’est tout le mal qu’on souhaite. Surtout pour se frayer un chemin vers le Qatar où se tiendra la prochaine Coupe du Monde en 2022. Un pays que Bounedjah connaît très bien et il pourrait éclairer les siens pour le rallier.

The post Bounedjah, le retour du prédateur! first appeared on La Gazette du Fennec.

Source

Laissez un commentaire

In response to:

Bounedjah, le retour du prédateur!

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *

*