Les Amis de la Syrie se retrouvent ce mercredi à Amman pour préparer la conférence de paix internationale «Genève 2» entre régime et opposition, mais aussi discuter des moyens d’aider les rebelles qui subissent un assaut d’envergure de l’armée.
La nouvelle réunion de ce groupe favorable à l’opposition syrienne intervient en effet au moment où les troupes du régime, soutenues massivement par le Hezbollah libanais, tentent de s’emparer de la ville stratégique de Qousseir dans l’ouest du pays, tenue jusqu’à présent par les insurgés.
«L’une des choses dont nous allons discuter ici à Amman portera sur ce qui doit être fait concernant l’équilibre de forces militaires sur le terrain», a affirmé un haut responsable du département d’Etat américain aux journalistes accompagnant le secrétaire John Kerry qui sera présent dans la capitale jordanienne.
Le responsable faisait référence au déséquilibre de forces entre l’armée, forte de son armée de l’air, de ses supplétifs et des troupes d’élite du Hezbollah, et même d’Iraniens selon Washington, face à des rebelles faiblement équipés.
Les discussions réuniront les chefs de la diplomatie de la Jordanie, de l’Arabie saoudite, des Emirats arabes unis, de l’Egypte, du Qatar —un des principaux bailleurs de fonds de l’opposition syrienne—, des Etats-Unis, de la Grande-Bretagne, de la France, de la Turquie, de l’Allemagne et de l’Italie.
Avant la rencontre, John Kerry tiendra une conférence de presse avec son homologue jordanien Nasser Jawdeh. Le chef de la diplomatie britannique William Hague s’exprimera également devant les journalistes dans la matinée, tandis que l’ambassadeur syrien à Amman, Bahjat Sleimane, a aussi prévu un point de presse.
Pour la première fois, l’opposition syrienne, sans chef depuis la démission d’Ahmed Moaz al-Khatib, n’assistera pas à la réunion des «Amis de la Syrie».
Les représentants des pays arabes et occidentaux se rendront toutefois jeudi à Istanbul, où se tient une réunion de l’opposition, pour tenter de convaincre celle-ci de participer à «Genève 2», avait affirmé à l’AFP un membre de la Coalition luttant contre le régime de Damas.
Lors de sa réunion à Istanbul, l’opposition, minée par les divisions, doit élire un nouveau chef et décider de sa participation à la conférence internationale.
«Nous voulons que la Coalition de l’opposition règle la question de leadership en premier, puis qu’elle s’exprime au sujet de Genève» 2, a dit le responsable américain.
Une première réunion tenue à Genève le 30 juin 2012 avait débouché sur un texte prévoyant la mise en place d’un processus de transition politique, mais sans se prononcer sur le sort de M. Assad, principale pierre d’achoppement dans les négociations.
L’opposition pose cette question comme condition sine qua non, tandis que le président syrien, qui assimile la rébellion à du «terrorisme», a réitéré à plusieurs reprises son refus de démissionner. «La position de Paris est claire: Assad ne fait pas partie de la solution au conflit», avaient indiqué les sources françaises.

Laissez un commentaire

In response to:

Conférence des Amis de la Syrie à Amman

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *

*