Si on devait porter sur un graphique les temps forts et les temps morts de ce qu’on a encore du mal à bien nommer, faute de l’appréhender au moyen des critères forgés par les politologues, à savoir ; l’irruption cataclysmique d’un peuple décidé à investir sa pleine citoyenneté dont l’en a privé un Pouvoir qui a versé dans un absolutisme aberrant, nous nous rendrions bien compte que nous assistons depuis peu, à un équilibre singulier voire à un partage incongru des rôles, entre un système politique décharné mais qui a conservé une capacité de nuisance intacte et, une force de contestation dont les feux prennent partout à la fois, se massifiant chaque vendredi pour redevenir en semaine, une onde spectrale voire évanescente.
Dans l’inquiétant calme qui reprend son cours le reste de la semaine, les salles feutrées de l’alliance politique qui faisait bloc autour de son excellentissime président, sont devenues, on ne peut plus, désertes et désertées. C’est, on peut le deviner, pour les initiés, les proches, leurs protégés et leurs suites suiveuses, trop peu, ou trop compromettant, par ces temps peu sûrs, pour des pauses café, dès lors que, l’on ne traite…

Lire la suite

Laissez un commentaire

In response to:

Hirak…De l’opportunité de la médiation

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *

*