Le Hirak populaire que connaît l’Algérie depuis le 22 février dernier “ne constitue pas une crise, mais plutôt une solution pour déraciner tout le système corrompu”, a estimé le coordinateur de l’Union démocratique et social (UDS non agréé).

C’est au cours d’une conférence-débat organisée jeudi tard dans la soirée par le collectif des jeunes du village de la Crête Rouge relevant de la commune d’El Adjiba (Est de Bouira) que Karim Tabou à appeler les citoyens de cette région à continuer à se mobiliser davantage en vue de “renforcer de plus en plus le Hirak”.

“Le Hirak constitue une crise pour ceux qui sont dans le système, mais nous, nous le considérons comme une véritable solution pour déraciner tout le système impliqué dans de graves scandales de corruption”, a souligné le patron de l’UDS, un parti politique de l’opposition non agréé.

Dans son discours, l’intervenant est revenu sur les différentes étapes ayant marqué ce mouvement populaire qu’il qualifie de “révolution pacifique”.

“La révolution a connu plusieurs scénarios montés par des membres de la bande pour faire croire au peuple que le pouvoir répond aux revendications légitimes, alors que tous leurs plans ne…

Lire la suite

Laissez un commentaire

In response to:

Karim Tabou depuis Bouira : « Le Hirak populaire est une solution »

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *

*