Le maire de Trèbes Éric Menassi a estimé dimanche sur franceinfo que le grand débat avait été “un vrai moment démocratique” qui s’est greffé à une période “très difficile” pour la commune, théâtre l’an dernier de l’attentat au cours duquel Arnaud Beltrame a perdu la vie, puis de fortes inondations. Pour le maire socialiste, un “geste fort en matière de pouvoir d’achat serait le bienvenu”.

franceinfo : le 18 janvier à Souillac dans le Lot vous avez participé au grand débat. Que reste-t-il près de 4 mois après ?

Éric Menassi : la ville de Trèbes a traversé au cours de ces derniers mois des périodes extrêmement difficiles [l’attentat au cours duquel le lieutenant-colonel Arnaud Beltrame a perdu la vie, de fortes inondations, ndlr]. Le grand débat s’est greffé à cette période très difficile. Je crois que nos concitoyens ont une forte attente, beaucoup de sujets ont été évoqués. Je retiens le pouvoir d’achat, la nécessité d’être plus entendus. Je retiens également que les territoires ruraux doivent pouvoir s’exprimer plus encore. Mais je pense que c’était un vrai moment démocratique qui nous a permis à nous les élus locaux de pouvoir non pas organiser mais faciliter les débats. La population s’en est emparée et j’en suis ravi.

Pensez-vous qu’à l’arrivée ça va avoir une utilité ?

Il faut attendre la restitution du Premier ministre. Je pense que nos concitoyens ont (…)

Lire la suite sur Franceinfo
[1]

Laissez un commentaire

In response to:

Le grand débat, un “vrai moment démocratique” pour le maire de Trèbes, qui s’est greffé à une période “très difficile”

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *

*