Rabat – Le ministère marocain des droits de l’homme a annoncé que le gouvernement indemniserait les employés des hammams traditionnels fermés en raison de la propagation du COVID-19 .

Mustapha Ramid, ministre marocain des Droits de l’Homme, a annoncé la nouvelle lundi à Rabat en répondant à une question lors d’une session de la Chambre des représentants.

Ramid a déclaré que le gouvernement listera les employés dont les activités ont été suspendues en raison de la fermeture des hammams traditionnels.

L’indemnisation tient compte des «dommages subis par cette catégorie en raison de la fermeture de leur lieu de travail», a fait valoir Ramid.

Le Maroc a fermé des hammams dans 15 préfectures et provinces sur un total de 82 dans le cadre des mesures préventives visant à contenir la propagation de la pandémie de COVID-19.

La réouverture des hammams reste dépendante de l’amélioration de la situation épidémiologique et de la décision des comités locaux ad hoc.

Ramid a également mis en garde contre la propagation et l’impact du COVID-19, soulignant la nécessité de continuer à assurer les efforts pour atténuer les répercussions et la propagation de la pandémie.

Le Maroc continue d’enregistrer les cas et les décès de COVID-19 au cours du lancement de la campagne de vaccination.

À ce jour, le Maroc a confirmé 475 589 cas, dont 454 997 guérisons, et 8 408 décès.

Le nombre de populations vaccinées a atteint 550 149 au 8 février.

Le pays est toujours en état d’urgence, ce qui permet aux autorités marocaines d’imposer le verrouillage chaque fois que nécessaire dans une zone spécifique pour contenir la propagation du COVID-19.

Suite à l’éclosion de la pandémie, le Maroc a fermé des hammams, des mosquées et d’autres espaces publics dans tout le pays.

La réouverture des hammams fin 2020 faisait partie des mesures d’assouplissement du verrouillage.

Mais plusieurs provinces sont toujours strictement fermées.

Un couvre-feu nocturne se poursuit dans tout le pays.

Le 1er février, le Maroc a prolongé le couvre-feu nocturne pour freiner la propagation du COVID-19 pendant deux semaines supplémentaires.

Le couvre-feu interdit la circulation entre 21h et 6h tous les soirs, sauf pour des raisons exceptionnelles telles que des obligations professionnelles ou des urgences médicales.

Les entreprises, quant à elles, doivent fermer avant 20 heures tous les soirs.

Laissez un commentaire

In response to:

Le Maroc va indemniser les travailleurs des hammams fermés en raison du COVID-19

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *

*