Agadir – Plusieurs entreprises de camionnage marocaines, s’adressant aux médias marocains locaux, ont exprimé leur mécontentement face au manque de soutien gouvernemental après la fermeture des frontières et d’autres mesures restrictives.

L’extension des mesures anti -COVID-19 dans l’Union européenne, en raison de l’émergence de nouvelles souches du virus, a fait pression sur de nombreuses entreprises de camionnage en dehors de l’Europe.

S’adressant aux médias locaux, Fatima Mashkour, propriétaire d’une société de transport internationale à Fès, a souligné les difficultés auxquelles les entreprises de camionnage sont confrontées à la suite de «la fermeture des frontières dans les pays européens en raison de la pandémie depuis mars de l’année dernière».

Après que le Maroc «ait décidé de fermer ses frontières sans penser au sort de ceux qui travaillaient dans les ports qui étaient fermés», de nombreuses entreprises marocaines ont dû faire face à une baisse de leurs revenus, «ou plutôt, presque à la faillite», a souligné Mashkour.

La porte-parole a également souligné que de nombreuses entreprises ont acquis leurs camions grâce à des prêts bancaires. Et en raison de la baisse de leurs revenus en 2020, de nombreuses entreprises de ce type ont dû fermer leurs portes temporairement ou même définitivement.

Même avant que le COVID-19 ne frappe, de nombreuses entreprises de camionnage souffraient «d’une mauvaise organisation, du chaos au travail, du manque de contrôle des prix et du manque de surveillance», a expliqué Mashkour.
Elle a insisté sur le fait que le gouvernement marocain, en particulier le ministère de l’Équipement, des Transports et de la Logistique, devrait accorder plus d’attention aux dommages subis par les entreprises opérant dans ce secteur et répondre à leurs appels à l’aide.

Une déclaration récente de l’autorité portuaire de Tanger Med a déclaré que malgré les difficultés induites par le COVID-19 tout au long de 2020, le port a connu un niveau similaire de trafic de camions de transport international jusqu’en 2019. Selon le communiqué, la plupart du trafic de camions était lié à le secteur agro-alimentaire.

Laissez un commentaire

In response to:

Les chauffeurs de camion marocain mécontents de la réponse du gouvernement au COVID-19

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *

*