Le maintien de la présidentielle pour le 4 juillet prochain constitue un grand danger pour l’avenir du pays sur les plans politique et économique, et risque même de diviser les Algériens.

C’est ce qu’a affirmé ce lundi le président du parti du Mouvement de la société pour la paix (MSP), Abderrazak Makri au forum d’El Moudjahid, appelant l’institution militaire à « faire des concessions » en reportant l’élection, et faire le premier pas dans la mise sur pied de la transition démocratique. Makri estime que l’armée, de par son poids, a une grande responsabilité à assumer pour aider le pays à surmonter sa crise et en venir à bout, considérant la lutte contre « la bande mafieuse » et la transition démocratique « indissociables ». Selon sa vision, c’est le manque de volonté qui envenime la situation politique, estimant que la solution est simple et sans avoir à inventer le fil à couper le beurre. Makri déclare : « Nous comprenons que l’armée ne veuille pas s’impliquer dans le jeu politique et privilégie la solution constitutionnelle pour faire barrage à toute ingérence étrangère. » Mettant l’accent sur la désignation d’une personnalité consensuelle et intègre avec…

Lire la suite

Leave a comment

In response to:

Makri appelle l’armée à faire des concessions

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*