Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
Mohamed Morsi, détenu par les autorités égyptiennes, a appelé ses partisans à résister pacifiquement au coup d'Etat militaire et ne pas faire recours à la violence contre les soldats. Un haut responsable du groupement islamiste des Frères Musulmans a déclaré que le mouvement n'avait aucune intention de recourir à la violence.
Le terrorisme islamiste, de retour en Egypte ?
Ce pacifisme affiché par les islamistes égyptiens n'a pas empêché l'Egypte de sombrer dans les violences et de nouveaux attentats terroristes. Quatorze morts et plus de cent blessés est le bilan des affrontements qu'a connu l'Egypte ce soir suite à la destitution de Mohamed Morsi par l'armée égyptienne.

Dans la ville de Marsa Matrouh au nord-ouest du pays, un groupe armé de partisans du président égyptien déposé mercredi par l'armée, Mohamed Morsi, a organisé une attaque contre le siège des services de sécurité. Six membres de ce groupe ont été tués dans leurs affrontements avec militaires et policiers, auxquels s'ajoutent deux membres des forces de sécurité morts lors de cet attentat terroriste et dix autres blessés.

A Alexandrie, deuxième ville du pays, des adversaires et partisans du président évincé du pouvoir se sont également affrontés à coups de pierres et de briques. Bilan : trois morts et plus de cent blessés. Des renforts de police ont été mobilisés et des coups de feu ont été tirés pour mettre fin aux affrontements.

Toujours en Alexandrie, et précisément dans la gare ferroviaire terminus (Station Mahatet Misr), la police a arrêté deux personnes munies d'une bombe artisanale et des armes à feu. Une demi-heure après, une troisième personne qui porte un fusil et trente sept balles a été arrêtée dans la même gare.

De violents incidents ont également été signalés à Minya, à 250 km environ au sud du Caire. Trois personnes, dont deux policiers, ont été tuées et quatorze autres ont été blessées. A Fayoum, des dizaines de personnes ont été blessées dans une attaque organisée par des inconnus contre les locaux du Parti liberté et justice, l'émanation politique du mouvement islamiste des Frères musulmans.

Dans la nuit de mardi à mercredi, seize personnes ont trouvé la mort et quelque deux cents autres ont été blessés dans une attaque à l'arme à feu extrêmement violente menée par des hommes non-identifiés. Les scènes se sont déroulées près de l'université du Caire et visaient des partisans du président déchu, Mohamed Morsi.

Dans la journée de mardi, sept personnes avaient déjà péri dans des heurts entre des partisans et opposants de l'ancien chef de l'Etat. Dans une semaine, les violences dans la capitale égyptienne et autres villes de l'Egypte ont provoqué la mort de soixante et un personnes, dont un journaliste américain, âgé de vingt et un ans, qui travaillait pour le centre culturel américain d'Alexandrie.

Alter Info l'Information Alternative