Panique ? Philippe veut tout faire pour restreindre au maximum le référendum d’initiative partagée  24/05/2019

Emmanuel Macron avait appelé de ses vœux un recours facilité au référendum d’initiative partagée. Décontenancé par la saisine sur la privatisation d’ADP, son Premier ministre veut en modifier les règles afin d’éviter pareille mésaventure à l’avenir.
La quintessence du «en même temps» ? Alors que le gouvernement va s’atteler à la réforme constitutionnelle annoncée par le président de la République au début de son mandat, le Premier ministre a mis en garde : il faudra des garde-fous dans la refonte du référendum d’initiative partagée (RIP) promise par le chef de l’Etat.
Ce mécanisme constitutionnel – jamais utilisé – permet en théorie à un seuil de parlementaires et de citoyens de provoquer un référendum sur un texte de loi.
“Il faut s’assurer que le RIP reste un outil de démocratie directe et ne devienne pas un instrument de contestation du Parlement”
Tentant de juguler la crise des Gilets jaunes, dont la principale revendication est l’instauration d’un référendum d’initiative citoyenne (RIC) – où seul un seuil de signatures de citoyens suffirait à provoquer un référendum constituant, abrogatoire,…

Lire la suite

Laissez un commentaire

In response to:

Panique ? Philippe veut tout faire pour restreindre au maximum le référendum d’initiative partagée

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *

*