Choose your language

News (10)

Les discours extrémistes français ou la guerre totale.
Ceux qui n'ont que le mot guerre à la bouche, doivent avoir l’honnêteté de penser le mécanisme dans sa globalité. Pour saisir afin que les actes de guerre sont divers et variés. Condamner
Quand la République frappe, mutile et tue ses propres enfants
C’est fait, l’Assemblée nationale a modifié les règles de l’élection présidentielle, les petits candidats sont « out »
C’est cela qu’ils appellent la démocratie? Dans les changements, non seulement les candidats n’ont plus l’obligation de rendre public les 500 signatures, et le temps de parole équitable ent
Dons à Tsahal : Une baisse d’impôts pour le contribuable français
Elle avait souligné qu'il s'agissait là «d'une niche fiscale payée par le contribuable français au profit d'une armée étrangère».
Faire un don à l'armée israélienne permettrait
France : installation d’un Etat policier (partie 1).
France : installation d’un Etat policier (partie 1).
Procédure d’exception sans état d’urgence.
Jean-Claude Paye, sociologue, auteur de

Connexion

?
?
Tunisie : l'armée se retire de Siliana, Marzouki appelle à la formation d'un nouveau gouvernement Moncef Marzouki, le 12 juillet 2012, à Tunis. © Fethi Belaid/AFP

La ville de Siliana a connu quatre jours de violences pour les mêmes raisons - misère et violences policières - qui avaient provoqué la révolution tunisienne, dont s'approche le deuxième anniversaire du déclenchement (le 17 décembre). Dans un discours prononcé vendredi 30 novembre, le président Marzouki a appellé à la formation d’un gouvernement resserré et apolitique et à l’accélération du travail de l’Assemblée constituante.

Mis à jour le 01/12/12 à 10H30

À l’issue de quatre jours d’émeutes violement réprimées dans la ville et le gouvernorat de Siliana (voir encadré ci-dessous), mouvement de protestation qui commence à faire tâche d’huile, Moncef Marzouki est sorti de son silence vers 19 heures, vendredi soir sur les ondes de la télévision nationale, pour donner un carton jaune au gouvernement et rappeler à chacun ses responsabilités. En 10 minutes, avec une concision propre au médecin qu’il est, le président de la République tunisienne a conforté son envergure de chef d’État en montrant son empathie envers les régions déshéritées et pour les démunis, et en défendant les objectifs de la révolution.

L'armée tunisienne se retire de Siliana

Tunisie : l'armée se retire de Siliana, Marzouki appelle à la formation d'un nouveau gouvernement

Émeutes à Siliana, à 120 km au sud-ouest de Tunis, le 30 novembre 2012.

© Faouzi Dridi/AFP

L'armée s'était retirée samedi matin, quelques heures après son arrivée, de la ville tunisienne de Siliana, où des violences opposent manifestants et policiers depuis mardi, alors que des pourparlers entre le gouvernement et des syndicalistes sont attendus.
"L'armée a proposé de venir et assurer la sécurité pendant quelques jours, mais le ministère de l'Intérieur a refusé", a expliqué un policier à l'AFP, des propos confirmés par deux de ses collègues.
Les militaires étaient arrivés tard vendredi sous les hourras de la foule, alors que l'UGTT, la principale centrale syndicale, annonçait que l'armée assurerait la sécurité dans la ville et que la police, accusée d'exactions et de violences, allait se retirer.
De nouveaux rassemblements sont prévus en début d'après-midi dans cette ville située à 120 km au sud-ouest de Tunis. AFP

Marzouki a également exprimé son soutien à la société civile et s’est placé au dessus des débats et des accusations à tout va entre partis au pouvoir et opposition qui enveniment le climat politique. Il a aussi tenu à souligner le rôle essentiel des centrales syndicales prises à partie par différents représentants du gouvernement. Marzouki sort aussi quelque peu de ses prérogatives en pointant du doigt le mauvais « rendement » du gouvernement qu’il fustige pour qu’il revoie sa composition et entame la période qui précède les prochaines élections avec une équipe restreinte de technocrates.

"Gouvernement restreint"

« L'intérêt de la Tunisie nécessite aujourd'hui un gouvernement restreint et efficace regroupant les compétences, a-t-il dit. Nous n'avons pas une seule Siliana (...) j'ai peur que cela se reproduise dans plusieurs régions et que cela menace l'avenir de la révolution », a-t-il ajouté.

Le président s’élève aussi contre la lenteur des travaux de l’Assemblée constituante et souligne l’urgence de clore la rédaction de la Loi fondamentale et d’organiser des élections législatives et présidentielle, au plus tard en juin 2013.

Un discours qui montre que Moncef Marzouki prend ses disctances par rapport à la troïka au pouvoir et qui pourrait signifier que les jours de l’alliance gouvernementale sont comptés. Les contours des nouveaux rapports de force se matérialiseront à travers un remaniement, désormais inéluctable, mais aussi par le vote du budget de l’État et des articles de la Constitution.

________

Par Frida Dahmani, à Tunis
 

...

Tunisie : Siliana gronde toujours Une marche de protestation le 30 novembre 2012 à Siliana. © AFP

Manifestants et policiers se sont affrontés vendredi 30 novembre à Siliana, pour le quatrième jour consécutif.

Comme c’est le cas quotidiennement depuis le début de la semaine, manifestants et policiers se sont affrontés vendredi 30 novembre à Siliana. Ses habitants réclament le départ du gouverneur, la fin de la violence policière et la mise en place d'un programme d'aide à cette région économiquement sinistrée, située au sud-ouest de Tunis.

Les heurts ont éclaté lorsque plusieurs centaines de protestataires, des jeunes dans leur grande majorité, ont attaqué avec des pierres un important poste de police. Les forces de l'ordre ont répliqué peu après avec des gaz lacrymogène et pourchassé les assaillants dans les rues, répétant le scénario de la veille.

Les représentants de la principale centrale syndicale du pays, l'UGTT, ont appelé sans succès les manifestants à se disperser. « Rentrez chez vous, c'est dangereux. Ils vont tirer à balles réelles », a lancé Abdesattar Manaï, un responsable régional du syndicat. Plus tôt, une vaste manifestation avait rassemblé dans le calme en matinée des milliers de personnes pour une marche « symbolique » de cinq kilomètres en direction de Tunis.

"Chaos"

Le Premier ministre Hamadi Jebali, issu du parti islamiste Ennahdha, a lancé vendredi soir un appel au calme en soulignant que le développement économique ne pouvait avoir lieu « dans le chaos ». « Si la situation continue comme ça, je vais devoir fermer mon usine. Ça fait trois jours que les ouvriers ne sont pas venus », a indiqué à l'AFP Antonio Botorel, un Italien qui dirige une usine textile dans la région.

Le ministre de l'Intérieur, Ali Larayedh, a défendu vendredi les actions de ses hommes devant l'Assemblée nationale constituante (ANC), alors que des députés d'oppositions appelaient à sa démission. « Nous allons continuer notre action en respectant la loi et protéger les citoyens et les mouvements (de contestation) pacifiques », a-t-il déclaré.

La présidence tunisienne a annoncé que le chef de l'État Moncef Marzouki prononcerait vers 19H00 GMT une allocution télévisée sur la situation à Siliana.

(Avec AFP)

 

...

Categories

ZemZem Community

Muslim dating website and social network.

GET STARTED NOW.
CONTACT INFO
  • access_time 24/7 Service
  • email contact@zemzem.fr

    Languages