TECHNO – Des hackers ont profité d’une faille de sécurité dans l’application de messagerie WhatsApp pour espionner les téléphones de ses utilisateurs. En cause: un logiciel espion capable de s’installer après un simple appel. Et ce même si la victime n’a pas pris la peine de répondre.

La messagerie appartenant au groupe Facebook a indiqué “qu’il est encore trop tôt pour estimer le nombre de smartphones infectés”, précisant qu’un correctif a été publié ce lundi 13 mai.

Interrogé par le site américain Ars Technica, un responsable de WhatsApp précise que la faille a été découverte début mai. N’importe quel smartphone – qui fonctionne sous Android ou iOS – a donc pu être piraté entre cette période. Pour se prémunir de la menace, les utilisateurs sont invités à mettre l’application à jour dans les plus brefs délais.  

Une entreprise israélienne pointée du doigt

Mais qui est le responsable de l’attaque? Selon l’application aux 1,5 milliard d’utilisateurs, une société privée israélienne serait le suspect numéro un. 

Le Financial Times a cité un vendeur de logiciels d’espionnage affirmant que ce logiciel espion avait été mis au point par NSO Group, une entreprise israélienne accusée d’aider…

Lire la suite

Laissez un commentaire

In response to:

WhatsApp (encore) victime d’une faille de sécurité majeure

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *

*